Cancer familles

Accueil > Bloc infos > LE COEUR DE LA LEUCEMIE A NU

LE COEUR DE LA LEUCEMIE A NU

samedi 9 février 2008

CANCER / Olivia et Isabella, des « presque vraies jumelles »

Le cœur de la leucémie à nu

AUDREY BINET
Journal LE SOIR (Belgique)

mardi 22 janvier 2008, 12:03

DES JUMELLES monozygotes lèvent le voile sur les cellules responsables de la leucémie infantile.

Des deux fillettes, seule Olivia a développé une leucémie. Une situation qui permet aux spécialistes de comprendre l’origine de la maladie. © D.R.
Les cellules qui sont à l’origine de la leucémie infantile la plus commune ont été mises au jour grâce à des vraies jumelles britanniques.

Une première mondiale rendue possible grâce aux deux fillettes génétiquement (presque) identiques : Olivia et Isabella. Seule une des deux petites a développé la maladie. Une situation qui a permis aux scientifiques de mettre le doigt sur un minuscule groupe de cellules responsables du développement du cancer.

Des médecins du Great Ormond Street Hospital et de l’Institut de Recherche sur le Cancer de Londres, ainsi que des chercheurs de l’Université d’Oxford ont uni leurs forces pour découvrir la clé de la cause de la leucémie infantile.

« Les jumelles nous ont donné l’opportunité sans précédent de jeter un œil aux étapes les plus précoces de la maladie », explique le Pr Tariq Enver de l’Hôpital John Radcliffe d’Oxford. C’est en comparant des échantillons de sang que les médecins se sont aperçus de la présence de cellules génétiquement anormales dans le sang de chacune des fillettes. Le défaut découle de la fusion de deux gènes : le TEL et l’AML1.

Cela se produit au sein de cellules souches hématopoïétiques de la moelle épinière. Une mutation qu’auraient subie les jumelles au cours de la grossesse. Mais cette aberration génétique ne suffit pas à provoquer la leucémie infantile.

D’autres tests ont révélé la présence d’une seconde anomalie génétique dans les cellules souches hématopoïétiques d’Olivia : un gène manque à l’appel. Une absence qui fait passer les cellules de l’état préleucémique à l’état cancéreux.

Réduire le recours à la chimio
Olivia avait deux ans lorsque le verdict est tombé : la petite fille développait une leucémie infantile. Pour l’aider à combattre la maladie, Olivia a subi des séances de chimiothérapie, un traitement dont le taux de réussite atteint 80 %, mais qui est très lourd pour les enfants.

Outre une croissance ralentie à cause de la chimio, Olivia a été victime du virus de la varicelle qui a envahi son système immunitaire jusqu’à la rendre aveugle d’un œil.

Les parents des fillettes ont accepté de participer à cette recherche dans l’espoir que les scientifiques trouvent une alternative au traitement chimiothérapeutique. « Nous serions vraiment très heureux de contribuer à l’amélioration du traitement de la leucémie infantile », a indiqué Mme Murphy.

L’équipe de recherche a vu sa découverte confirmée par une expérience sur des souris. Les résultats de cette étude sont publiés dans la revue Science.

Les scientifiques ont injecté aux rongeurs des cellules du sang présentant les mutations observées chez Olivia. Peu de temps après, les animaux développaient une sorte de leucémie.

« Nous allons pouvoir être capables de surveiller l’évolution de ces cellules au cours du traitement des enfants malades et arrêter la chimio lorsque celles-ci ont été éradiquées », affirme le Pr Andy Pearson, pédiatre oncologue de l’Institut de recherche sur le cancer, à Londres.

« Cette découverte nous aidera également à trouver des médicaments qui ciblent spécifiquement les cellules responsables de la leucémie » conclut le médecin.

---------------------------------------------------------------------------------

LE MONDE

Leucémie infantile : une équipe de chercheurs identifie la nature des cellules précancéreuses

LEMONDE.FR avec AFP | 18.01.08 | 14h17 • Mis à jour le 18.01.08 | 15h28

Des travaux menés sur des jumelles britanniques, Olivia et Isabella Murphy, 4 ans, de Bromley dans le Kent, l’une en bonne santé et l’autre atteinte d’une forme de leucémie infantile, ont permis de déceler un petit groupe de cellules précancéreuses à l’origine de la maladie. C’est le résultat de l’étude menée par des chercheurs britanniques, italiens et japonais publiée, jeudi 17 janvier, aux Etats-Unis.

Identifier ces cellules, dans lesquelles se produit la première mutation génétique responsable de la leucémie, devrait aider les chercheurs à comprendre la genèse de la maladie et les causes de sa récurrence. Les résultats de ces travaux, parus dans la revue américaine Science, ouvrent aussi la possibilité de traitements très précoces sur ces populations de cellules précancéreuses, soulignent les auteurs de cette étude.

"COMPRENDRE LA NATURE DES CELLULES PRÉLEUCÉMIQUES"

Les chercheurs ont transplanté ces cellules dans des souris qui ont développé la même leucémie que celles dont souffraient les jumelles. Cette mutation génétique paraît être la première qui permet à ces cellules préleucémiques de survivre et de se reproduire, avant éventuellement de devenir cancéreuses, ce qui s’est produit chez l’une des deux jumelles.

"Comprendre la nature des cellules préleucémiques est essentiel pour comprendre la fonction de la première mutation et comment cela les prédispose à leur transformation en cellules cancéreuses", soulignent ces chercheurs britanniques, japonais et italiens.

======================================

CORDIS SERVICE DE NOUVELLES

Des jumelles aident les scientifiques à identifier les cellules souches du cancer

[Date : 2008-01-18]

Deux jumelles ont permis à une équipe internationale de scientifiques d’identifier les cellules souches du cancer responsables de la leucémie aiguë lymphoblastique (ALL, pour acute lymphoblastic leukaemia), la forme la plus commune de leucémie infantile. Les résultats pourraient conduire au développement de meilleurs médicaments à effets secondaires moins marqués.

Les travaux, en partie financés par l’UE, sont publiés dans la dernière édition de la revue Science.

Au coeur de l’étude se trouvent Olivia et Isabella, deux soeurs jumelles originaires de Bromley (Royaume-Uni). En 2005, lorsque les jumelles avaient à peine deux ans, une ALL a été diagnostiquée sur la petite Olivia, laquelle a immédiatement été mise sous traitement. Jusqu’à présent, sa soeur jumelle a été épargnée de la maladie. Les scientifiques espèrent pouvoir identifier les mutations qui ont conduit Olivia à développer la maladie en comparant les gènes des jumelles.

Les analyses de sang des deux soeurs ont montré que toutes deux possédaient des cellules anormales dans le sang. Ces souches « préleucémiques » se trouvent à l’intérieur de la moelle osseuse ; elles peuvent rester endormies ou se développer en cellules souches leucémiques déclarées.

Les cellules précancéreuses résultent d’une fusion anormale de deux gènes au cours de la grossesse. Le gène en résultant produit une protéine hybride appelée TEL-AML1 qui permet à la cellule de survivre et de se renouveler. Des mutations supplémentaires survenant au cours de l’enfance peuvent provoquer le développement de la maladie.

« L’étude de la leucémie chez les jumelles a permis d’identifier les cellules souches critiques responsables de la maladie et la maintenant latente pendant de nombreuses années », a déclaré le professeur Mel Greaves de l’institut pour la recherche sur le cancer. « Toutes ces cellules peuvent résister à la chimiothérapie conventionnelle et provoquer une rechute au cours du traitement ou plus tard. Elles dictent le cours de la maladie et sont la clé à la mise au point de nouvelles thérapies. »

Les traitements actuels de l’ALL sont extrêmement agressifs et peuvent avoir de sérieux effets secondaires ; en effet, lors de la chimiothérapie, Olivia a perdu la vue d’un oeil à la suite d’une infection que son corps n’a pas pu combattre. Les scientifiques espèrent que leurs recherches conduisent au développement de traitements moins agressifs et plus efficaces de la maladie.

« Nous pouvons désormais déterminer si le traitement de la leucémie aiguë lymphoblastique infantile est lié à la disparition ou la persistance de la cellule souche leucémique », a déclaré le professeur Tariq Enver du conseil de recherche médical. « Notre prochain objectif consistera à viser la cellule souche préleucémique ainsi que la cellule souche du cancer lui-même avec des médicaments nouveaux ou existants en vue de guérir la leucémie tout en évitant les effets secondaires débilitants ou néfastes provoqués par les traitements actuels. »

L’ALL est une forme de cancer qui touche les leucocytes et les cellules responsables de leur production dans la moelle osseuse. Elle peut affecter des enfants de tout âge mais est plus à même de se développer entre un et quatre ans. Le taux de survie s’élève actuellement entre 75 et 80%.

Les travaux de recherche ont bénéficié d’un soutien dans le cadre du projet EuroCSC (« Targeting cancer stem cells for therapy »), financé au titre du domaine thématique « Sciences de la vie, génomique et biotechnologie pour la santé » du sixième programme-cadre (6e PC).

Pour de plus amples informations, consulter :

http://www.sciencemag.org

http://www.mrc.ac.uk

Catégorie : Résultats de projets

Source des informations : Revue Science ; Conseil médical de recherche (MRC)

Référence du Document : Hong, D et al. (2008)
Initiating and cancer-propagating cells in TEL-AML1-associated childhood leukaemia. Revue science, 319 : 336-339.

Codes de Classification de l’Index des Sujets : Coordination, coopération ; Médecine, santé ; Recherche scientifique

RCN : 29014
=============================

également sur le site de la Fondation du Cancer en Belgique : http://www.cancer.be/

http://www.lepost.fr/article/2008/01/20/1086251_pas-prometteur-sur-l-origine-de-la-leucemie-infantile.html

Giselle (gestionnaire des listes Cancer-Familles et Cancer Deuil Soutien - co-gestionnaire de la liste droits sociaux et santé)

http://cancer-familles.medicalistes.org

Je soutiens Médicalistes : http://www.medicalistes.org/spip/article35.html
http://www.donationlousalome.org/

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.