Cancer familles

Accueil > Bloc infos > Médicaments - Produits > CANCER DE LA PROSTATE

CANCER DE LA PROSTATE

NOUVEAU TRAITEMENT - L’ABIRATERONE - UN VENT D’ESPOIR ?

samedi 6 septembre 2008, par Giselle Penat

NOUVEAU TRAITEMENT TESTE EN GRANDE BRETAGNE DANS LES CAS DE CANCER DE LA PROSTATE

"Phase I Clinical Trial of a Selective Inhibitor of CYP17, Abiraterone Acetate, Confirms That Castration-Resistant Prostate Cancer Commonly Remains Hormone Driven "

JOURNAL OF CLINICAL ONCOLOGY JUILLET 2008

Nouveau traitement dans le cancer de la prostate

Un vent d’espoir ?

Cancer de la prostate : Essai de phase I d’un inhibiteur sélectif de la CYP17

Une molécule trés prometteuse arrive (rait) en fin d’essai pour les cancers de la prostate metastasés trés avancés, pour lequels plus aucune solution n’était possible après échappement hormonal - La chimio, à part le taxotère qui donne quelques résultats, n’est pas efficace dans le cas de ces cancers trés avancés avec une évolution rapide.

Des essais vont débuter en France, cette molécule pourrait agir également pour le cancer du sein.

Même si les études ne sont pas encore assez importantes pour conclure que cette molécule va devenir le traitement miracle de ces cancers métastasés trés avancés, un grand espoir est là.

C’est une molécule plus que prometteuse car elle arrive en bout de développement et d’études cliniques.

Il s’agit d’une hormonothérapie indirecte car cette molécule courcicuite un cytochrome qui intervient dans la synthèse des androgènes (qui redémarre suite à l’échappement thérapeutique des anti-androgènes)

Administrable per os avec peu d’effets secondaires, elle prouve que l’adénocarcinome de la prostate peut être inhibé dans son développement même après échappement à la batterie des anti-androgènes car il reste toujours sensible à la moindre petite dose circulante de dérivés androgènes.

Ce traitement constituerait une avancée non négligeable.

http://jco.ascopubs.org/cgi/content/abstract/JCO.2007.15.9749v1

http://www.caring.com/blogs/caring-currents/exciting-clinical-trial-options-for-advanced-prostate-cancer

http://cancerpipeline.wordpress.com/abiraterone/prostate-cancer/

http://daphnecaruanagalizia.com/?p=531

http://cat.inist.fr/?aModele=afficheN&cpsidt=10733345

http://www.rechercheclinique.com/informations/?id=736

http://en.prostate-360.com/abiraterone-proves-effective-against-prostate-cancer-in-continuing_prostate-360_a-2354.html

http://espoirs.forumactif.com/espoirs-dans-la-recherche-f1/abiraterone-t2701.htm


Article paru dans le Times du 22 juillet 2008 :

« Un médicament contre le cancer pourrait sauver la vie de 10.000 patients par an » (nous sommes en Grande-Bretagne où les chiffres sont équivalents à la France).

Des chercheurs britanniques avancent que des millions d’hommes avec un cancer de la prostate agressif et incurable peuvent gagner des années de vie grâce à un nouveau médicament formidable.

80 % des malades atteints par un cancer avancé de la prostate peuvent constater la diminution de leur tumeur et de leur douleur simplement en prenant chaque jour une pilule même si la maladie s’est répandue dans le corps entier.

Des hommes qui ont pris ce médicament, l’Abiraterone, ont survécu le double de ce qui était prévu alors que tous les autres traitements ont échoué. Ainsi le plus commun des cancers de l’homme peut devenir une maladie chronique contrôlable.

Les scientifiques lancent également des essais cliniques de l’Abiraterone dans le cadre du cancer du sein pour espérer de semblables résultats satisfaisants. Pour le cancer de la prostate, la plupart ne métastase pas et peut être managée par la surveillance ou par la chirurgie. Mais les formes mortelles sont agressives car elles résistent aux traitements actuels. Lorsque la radiothérapie et la chimiothérapie échouent, la survie n’est que de 12 à 18 mois. Johann de Bono, qui dirige l’étude à l’Institut de Recherche sur le Cancer et au Royal Marsden Hospital à Londres précise que 250 hommes avec des cancers avancés ont pris ce nouveau médicament, certains depuis 32 mois, suggérant ainsi une éventuelle survie de plusieurs années. L’étude, publiée aujourd’hui dans le Journal of Clinical Oncology a prouvé des bénéfices chez 21 patients avec des cancers avancés. Les essais sont poursuivis.

Le docteur de Bono espère que ce nouveau médicament pourra être sur le marché d’ici à 3 ans.

Karol Sikora, un spécialiste mondial du cancer décrit l’étude comme un modèle du genre «  nous pouvons aujourd’hui faire vivre les gens avec le cancer. Ce n’est pas guérissable mais nous pouvons garder en vie des personnes jusqu’au moment où elles décèderont d’une autre cause que le cancer. La plupart des hommes atteints par le cancer ont plus de 60 ans : si nous pouvons leur donner une survie de 10 à 15 ans, c’est très bien. Le traitement n’est pas efficace à 100 % car nous devons prendre en compte des formes très hétérogènes du cancer. Mais, pouvoir encore traiter les cas les plus graves et leur faire bénéficier des années de vie supplémentaire est une excellente nouvelle.

Le cancer avancé de la prostate est normalement traité par castration chimique ou chirurgicale pour arrêter la production des hormones mâles. L’Abiraterone arrête la production de ces hormones dans les testicules et partout dans le corps. Le médicament réduit la taille de la tumeur dans 70 à 80 pour cent des cas des hommes qui présentent un cancer de la prostate avancé. Les malades constatent aussi une chute importante du PSA, un indicateur clef du cancer de la prostate.

Dr de Bono avance que les traitements actuels peuvent être difficiles à supporter : mais dans certains cas, le cancer ne répond pas au traitement et accélère son développement. Nous pensons que les cellules cancéreuses peuvent générer leur propre énergie pour se développer et survivre. Nous pensons que nous avons maintenant un médicament qui peut arrêter la possibilité de ce cancer de générer cette énergie.

Un essai international se propose de recruter 1200 hommes qui représentent un cancer de la prostate avancé. Le médicament va également être testé pour traiter le cancer du sein à travers un essai préliminaire financé par Cancer Research UK.

Le Dr de Bono avance même :"le médicament est capable d’aider les malades dont le cancer s’est propagé dans les os, le foie et même le poumon. Un certain nombre de patients peuvent même se passer de morphine pour combattre les douleurs osseuses er recouvrent une bonne qualité de vie. Dans un contexte futur, nous projetons éventuellement de rendre la chimiothérapie obsolète.

Malcolm Mason, un chercheur-expert dans le cancer de la prostate précise que ces résultats sont excitants mais que l’étude est petite. De plus, il est trop tôt pour définir le rôle du médicament dans le traitement des stades primaires de la maladie.

==================================================

AUTRE ETUDE CONCERNANT LE CANCER DE LA PROSTATE MENEE A L’UNIVERSITE DE CALIFORNIE, au Jonsson Cancer Center par le Dr. Allan Pantuck (professeur en urologie)

Le jus de grenade stabiliserait le taux de PSA

voir les sites suivants : http://www.jus-grenade.com/prostate.php

http://www.lanutrition.fr/La-grenade-un-espoir-contre-le-cancer-de-la-prostate-a-937-145.html

http://www.pnas.org/content/102/41/14813.abstract
"Pomegranate fruit juice for chemoprevention and chemotherapy of prostate cancer"
Arshi Malik, Farrukh Afaq, Sami Sarfaraz, Vaqar M. Adhami, Deeba N. Syed, and Hasan Mukhtar*

================================

VOIR BREVE N° 34 - 23 janvier 2010

LES HIFU

UNE ALTERTATIVE POUR LA PROSTATE

OFFRE DE SOINS :

Un traitement utilisant des ultrasons focalisés est désormais accessible aux Varois.

Article paru dans le NICE/VAR-MATIN

dimanche 17 janvier 2010 - Page 24

signé Caroline Martinat - cmartinat@varmatin.com

********************************************

Pour la première fois, les patients varois atteints d’un cancer de la prostate localisé disposent d’une alternative thérapeutique mini-invasive à l’ablation de la prostate ou à la radiothérapie externe.

La clinique Saint-Michel à Toulon, 1er établissement varois à s’équiper, propose ce traitement fondé sur l’utilisation des ultrasons focalisés de haute intensité (HIFU). "Il s’adresse aux patients atteints d’un cancer localisé ou à des patients qui récidivent d’un cancer localisé après une radiothérapie externe," explique le Dr.Stéphane Mallik, qui a participé au développement de cette technique. "C’est aussi une alternative pour des patients qui ont une contre-indication pour la chirurgie ou la radiothérapie."

Les HIFU sont administrés au patient par l’ABLATHERM, un appareil composé de deux modules. Le premier est constitué d’une table, équipée d’une sonde émettrice d’ultrasons introduite par voie transanale dans le rectum. Elle permet à la fois d’administrer le traitement et de produire des images pour son contrôle en temp réel. Le second module permet au chirurgien de commander cette sonde. Dans un premier temps il va reconstruire une image échographique tridimensionnelle de la prostate et définir sur son écran des zones de lésions qu’il souhaite traiter, avant de procéder au tir d’HIFU. Leur chaleur brutale et rapide entraîne la destruction des tumeurs sans diffusion en dehors de la prostate. Au total, l’intervention dure de 2 à 3 heures. Après le traitement une sonde urinaire est mise en place et retirée au bout de 48 heures. L’hospitalisation n’excède pas 4 jours. L’efficacité du traitement se vérifie 3 mois plus tard, avec une simple prise de sang pour un dosage des marqueurs du cancer de la prostate.

PAS ENCORE REMBOURSEE

"L’interêt des HIFU, note l’urologue, c’est le peu de morbidité et d’effets secondaires urinaires ou sexuels. On a chiffré à 82% la survie à 5 ans sans récidive et à 73% sur 7 ans."

Seul bémol : si l’utilisation des HIFU est validée par l’Association française d’Urologie, les discussions sont en cours concernant le remboursement de cette thérapie novatrice.

Caroline Martinat

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.