Cancer familles

Accueil > Bloc infos > Soutien aux malades du cancer > IL Y A URGENCE A SOUTENIR LES MALADES

IL Y A URGENCE A SOUTENIR LES MALADES

mercredi 14 septembre 2005, par Cancer-famille

Article Nice Matin 28. 11 .2000
Privilégier l’écoute et le soutien, "un problème immense, prioritaire et urgent", selon les états généraux consacrés
à la maladie.
Le "plan cancer" réclamé par la Ligue devrait être présenté au printemps prochain dans le cadre de la loi
de modernisation du système de santé.

En 1998, lorsque se clôturaient les premiers états genéraux du cancer à Paris, la caméra de la Ligue s’arrêtait sur le visage de Chloé.
Une jolie petite brunette de 18 ans atteinte de ce mal terrible mais pleine d’espoir. Samedi, à l’ouverture des deuxièmes états généraux
au CNIT, c’est elle encore qui est apparue aux côtés d’Henri Pujol, cancérologue et président nationale de la Ligue contre le cancer.

Perruque rousse frisée, petites lunettes rondes, Chloé, la voix au bord ddes larmes, a parlé de sa rechute. Du temps qui passe,
du parcours du combattant pour les malades, de toutes ces situations de détresse à résoudre d’urgence.

"Ces deuxièmes états généraux ont pour but de poursuivre et d’amplifier la dynamique initiée en 1998 qui entraîne les malades
et leur famille à exiger davantage d’informations, d’écoute, d’explications pour une meilleure prise en charge médicale.
En mars 2000, la Ligue a publié le livre blanc des Etats Généraux regroupant les besoins et revendications des malades.
Certaines des mesures demandées dans ce livre ont été annoncées dans le plan cancer de Mme Dominique Gillot,
secrétaire d’Etat à la santé et aux handicapés" déclarait Henri Pujol.

Arrivée en fin de matinée, Dominique Gillot a confirmé, évoquant la loi de modernisation du système de santé qui arrivera
au Parlement au printemps prochain "et qui doit beaucoup aux malades".

Avant le 1er février chez Dominique Gillot
Devant un public de plus de 2000 personnes, malades et soignants, la secrétaire d’Etat a pris l’engagement de présenter
son plan cancer en février prochain en énumérant les principales propositions : renforcement de la régionalisation avec
une mise en place d’une formation médicale adaptée aux nouvelles connaissances et aux nouvelles exigences,
renforcement de la prévention, généralisation du dépistage de certains cancers avec implantation de nouveaux matériels pour
garantir l’égalité de couverture thérapeutique et mise en place d’un système de soutien psychologique "pour lequel une enveloppe
de dix millions de francs va être débloquée". "Ce qui n’est pas assez", selon les différents intervenants présents samedi au CNIT.

Car de soutien psychologique, il a beaucoup été question durant ces états généraux. Un soutien qui permettra aux malades
de faire face à la solitude, à l’isolement, de préparer sa réinsertion et combattre la désocialisation des cancéreux.
"Il est urgent que tout celà cesse".

"Tout ce qui a été dit aujourd’hui sera listé et déposé avant le 1er février sur le bureau de Dominique Gillot.
Il faut absolument que figure un volet cancer dans le programme régional de santé. C’est un problème immense, prioritaire et urgent",
a rappelé Henri Pujol.

Et c’est sur cette notion d’urgence, apparue tout au long de la journée au travers des différents témoignages, que ce sont clôturés
ces deuxièmes états généraux.

EN ENCADRE SUR LE MEME ARTICLE

UN PSYCHIATRE NICOIS PRIME POUR SON "HUMANISME MEDICAL"
Le Docteur Alain Salimpour pratique la psycho-oncologie.

On a beauccoup évoqué le soutien psychologique des malades lors de ces états généraux. Simplement parcequ’il manque.
Parceque selon la majorité des témoignages "c’est le plus souvent de manière abrupte que l’on apprend la nature de son mal".

"Nous voulons plus d’humanité". Plus qu’une prière, c’était un cri, exprimé par des voix retenant à grand peine un sanglot. "Nous
sommes debouts et nous voulons être reconnus dans ce statut de citoyen à part entière".
A Nice, un médecin psychiatre, le Dr Alain Salimpour, s’est spécialisé dans la psycho-oncologie. A ce titre il a même reçu le deuxième
prix spécial de l’humanisme médical pour son film "le grand tourment" présenté au 7ème festival international du film médical d’Amiens.

Alain Salimpour travaille avec le Dr Pujol. Il était à ses côtés en 1975 quand s’est créée l’association psychologique du cancer,
devenue ensuite société française de psycho-oncologie.
"la psycho-oncologie c’est la prise en charge du sujet malade et pas la prise en charge de la maladie, ce qui change beaucoup de choses ",
explique le Dr Salimpour qui s’est beaucoup investi dans cette tâche, à Lacassagne d’abord, puis à Cannes au centre azuréen de lutte
contre le cancer.

Messages

  • je viens de lire l’article et je suis très attritée.
    Ma mère est partie au mois de juillet 2008, de cette cruelle maladie. Lors de son court séjour en soins paliatif, elle a rencontré un médecin psychologue qui ne lui a pas caché la vérité, à nous non plus d’ailleurs, résultat, notre petite maman savait, elle était désemparée et nous aussi par la cruauté des paroles de ce médecin.
    C’est un faut prétexte que de ce cacher derrière "le patitent doit savoir, nous sommes là", désolée, non, arrêtez le massacre ; laisser les partir en paix.

    • Bonsoir,

      Cet article fut mis en ligne il y a qqs années déjà, sur le premier site de CANCER-FAMILLES, suite d’ailleurs aux Etats Généraux de la Ligue contre le Cancer. Les sources y sont d’ailleurs clairement précisées.
      Il aborde une problématique sans plus, qui était et qui reste d’actualité. Mais ce n’est pas "notre" article.

      Chaque cas est différent et demande donc une approche différente.
      Il est regrettable qu’un psychologue des soins palliatifs n’ait pas su peut-être aborder, comme il se devait, l’état de votre maman.
      Certains patients veulent savoir,d’autres pas. Il en va de même avec les accompagnants. Et c’est aux médecins à sentir, ressentir les désirs et souhaits profonds des uns et des autres et de tenter d’y répondre avec intelligence, mais aussi avec l’intelligence du coeur. Ce qui n’est pas donné à toutes "les blouses blanches".

      Que vous soyez en colère et éprouviez de la tristesse est une chose, que nous comprenons parfaitement, mais nous ne sommes pas responsables des thèses abordées dans cet article.
      C’est un point de vue donné à un moment M, dans un certain cadre et conditions et il se défend tout comme le vôtre.
      Aussi merci de ne pas tout mélanger et de faire la part des choses.
      Et vous pouvez venir en parler sur nos listes de soutien dans le deuil.

      Cordialement

      Giselle (gestionnaire des listes Cancer-Familles et Cancer Deuil Soutien - co-gestionnaire de la liste droits sociaux et santé)

      http://cancer-familles.medicalistes.org

      Je soutiens Médicalistes : http://www.medicalistes.org/spip/article35.html

      http://www.donationlousalome.org/

      http://luc-edmond.medicalistes.org/

      http://www.parlersante.fr/

      http://parlersante.blogspot.com/

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.