Cancer familles

Accueil > Infos Médicales > PROGRES DANS LA LUTTE CONTRE LE MELANOME - CHU DE NICE -

DE NOUVEAUX ESPOIRS CONTRE LE CANCER DE LA PEAU

PROGRES DANS LA LUTTE CONTRE LE MELANOME - CHU DE NICE -

RECHERCHE ACTIVE - TROIS NOUVEAUX MEDICAMENTS A L’ETUDE

dimanche 25 mars 2012, par Giselle Penat

Article paru dans la rubrique SANTE

Quotidien régional : NICE/VAR MATIN

Dimanche 18 Mars 2012 - page 14 -

Article rédigé et signé par Nancy CATTAN (ncattan@nicematin.fr)

S’il reste un cancer relativement rare sur l’ensemble de la population, il n’en est pas moins au coeur des préoccupations des instances sanitaires.

{} "L’incidence du mélanome (cancer de la peau) a doublé en 10 ans. Il est aujourd’hui le premier cancer en fréquence chez la femme jeune (entre 30 et 50 ans), mais peut toucher des hommes et des femmes de tout âge. Cette progression est liée en partie à l’augmentation de l’exposition solaire et à la multiplication des loisirs en plein air" {}, relate le Dr. Damien Giacchero, dermatologue au CHU de Nice (service du Professeur J.-P. Lacour).

La Côte d’Azur est une des régions les plus touchées. Trois cents nouveaux cas par an seraient ainsi enregistrés ou diagnostiqués au seul CHU de Nice, la plupart heureusement à un stade précoce, ce qui permet d’espérer un bon pronostic.

{}" Lorsque la maladie est prise en charge tôt dans son évolution, elle est en effet curable dans la majorité des cas, car est limitée à la peau" {}

Le pronostic est plus sombre en cas de récidive ou de métastases.
{}" C’est beaucoup plus difficile à traiter. Mais depuis 2010, nous bénéficions de deux nouvelles molécules prometteuses, l’Ipilimumab, pas encore commercialisée en France, et le Zelboraf, qui a obtenu le mois dernier son autorisation de mise sur le marché." {}

Le premier médicament, utilisé à titre expérimental au CHU de Nice, agit de façon indirecte en stimulant les défenses immunitaires contre la tumeur :
{}" 10% des patients ont répondu à ce traitement, avec un allongement moyen de la survie de 40%. Une personne est même en réponse complète depuis 2 ans." {}
Reste que le médicament est difficile à manier et avec des effets secondaires.
Quant à son coût exorbitant (65.000 euros) les 4 perfusions, il fait l’objet de pourparlers entre l’Assurance-Maladie et le laboratoire qui le produit.
Le service dermatologie a activement participé au développement du second médicament, le Zelboraf, qui cible une mutation génétique présente chez environ 50% des malades. {}" La moitié des patients ont répondu au traitement avec un doublement de la survie globale. Le problème réside dans le développement de résistance à court terme, contre lequel nous essayons de lutter." {}

D’autres espoirs reposent sur un antidiabétique oral, la metformine, testé de façon exclusive à Nice, dans le cadre d’un essai clinique. {} "Impossible de conclure à ce stade, mais l’on a déjà observé un premier cas de réponse encourageant".
Pour l’heure, seuls des patients résistants aux autres chimiothérapies et présentant un bon état général sont intégrés à l’étude. Les indications pourraient évoluer si les espoirs sont confirmés.

POPULATIONS TOUCHEES

"Parmi nos patients, on distingue 3 types de populations touchées", analyse le Dr. Giacchero.

{} "le premier est composé de rapatriés d’Afrique du Nord, avec un phénotype clair, qui ont été exposés au soleil il y a quelques années. Un autre tiers des patients est composé d’agriculteurs, plus particulièrement des horticulteurs dans les Alpes-Maritimes, très exposés au niveau professionnel. Enfin, il y a tous ceux qui viennent s’installer dans la région, attirés par le soleil et la possibilité de se livrer à certains loisirs sportifs, comme les véliplanchistes".

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.